Accueil

RDC: libération de kamerhe ses électeurs de bukavu a la recherche de la loi de l’amnistie

Spread the love

En mission depuis quelques jours dans le chef lieu de la province du Sud Kivu, le porte parole national de l’Union pour la Nation Congolaise parti cher à Vital Kamerhe et député national Alfred Maisha et son collègue Bonga Laïsi se sont donnés rendez-vous ce samedi à Bukavu avec la base de Vital Kamerhe pour discuter sur la question de l’acquittement et libération de leurs leaders et ancien directeur de cabinet de Félix tshisekedi, condamné à 13 ans de prison au deuxième degré dans une affaire de détournement des deniers publics dans le célèbre procès de 100 jours.

Dans une conférence débat dans la grande salle de la paroisse Mater dei de Bukavu, la foule venue en masse, comme d’ailleurs d’habitude avec l’UNC à Bukavu, n’a pas tardée à montrer sa position.

De la fameuse question de dotation des jeeps aux 500 élus nationaux en passant par le verdict rendu au premier et deuxième degré par la justice congolaise jusqu’à la suspension de participation des parlementaires UNC aux activités du CACH et de l’Union Sacrée rien n’est passé inaperçu.

Sans Vital Kamerhe libre, ces jeeps ne seront pas les bienvenues ont été avertis Alfred Maisha et Bonga Laïsi. Dans son exposé, le porte parole de l’unc a insisté sur plusieurs points dont les tentations de débauchage, tentative de se constituer une base derrière le dos de kamerhe ou encore décidé sur tel ou tel autre point sans consensus et autorisation du parti tout en soulevant l’option politique et juridique qui peuvent amener à la libération de kamerhe.

La justice étant rendu au nom du chef de l’État, l’option de la recherche d’une loi d’amnistie en faveur de kamerhe alors est envisageable.

Revenant sur la question de suspension de la participation des parlementaires UNC aux activités du Cash et Union sacrée, Me Alfred Maisha souligne:  » Qu’ils ne pouvaient pas quitter le navire comme les souhaiteriez certains sans pour autant passer en revue les accords donc réévalué ces accords en vertu desquels ils sont au gouvernement ».

Au delà des questions politiques et judiciaire, ces deux élus ont également été porteurs d’un message de compassion et contribution de Vital Kamerhe aux autorités académiques et étudiants de l’ISP, institut supérieur pédagogique de Bukavu après l’incendie qui avait consumé un bâtiment de cette institution et plusieurs bien des valeurs dont des ordinateurs et autres.

Olivier KITOGA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer