AccueilActualité

Sud-Kivu: les journalistes réclament la suppression de certaines taxes

Spread the love

La République démocratique du Congo célèbre ce jeudi 22 juillet, la journée nationale de la presse. Mais au Sud-Kivu, les différents organes de presse font toujours face au paiement d’une panoplie de taxes.

Cette journée est donc une occasion pour les professionnels des medias de formuler une série de recommandations aux autorités, indique Darius Kitoka, président de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) section du Sud-Kivu, d’où sa demande aux gouvernants de supprimer certaines taxes

« On nous exige les réceptices de 30 mille dollars à la télévision et 15 mille dollars à la radio. Et la taxe de l’agence nationale de renseignement, une taxe de 500 dollars pour conformité, la division provinciale de la communication est derrière nous pour la publicité, le fonds de promotion de l’industrie est aussi derrière nous, la culture et arts, socoda, et bien d’autres services étatiques. Nous nous sentons menacés,  »

a dit darius Kitoka, lors d’un atelier organisé pour la circonstance, par l’observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) à Bukavu.

En outre, les journalistes du Sud-Kivu plaident aussi pour la dépénalisation des délits de presse, ainsi que la suppression de certains articles du code penal qui restreignent la liberté de la presse.

En réponse, le Conseiller juridique au ministère de la communication dit prendre bonne note des revendications des journalistes.

Maître Abedi Soda promet que le ministère de la communication fera de son mieux pour que le gouvernement provincial s’inscrive dans la logique d’accompagner les revendications des journalistes.

Christian Mukenge

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer