ActualitéSocial

Sud Kivu : le Proved sud Kivu 1 exige des sanctions pour 7 écoles protestantes qui sabotent la gratuite

Spread the love

Après les chefs d’établissements d’enseignement primaire, secondaire et technique conventionnés catholique, 7 autres chefs d’écoles conventionnées protestantes de Bukavu sont dans le collimateur du directeur provincial de l’enseignement primaire secondaire, et technique sud Kivu 1.

Dans sa lettre du 19 Août 2021, Jean-Pierre YOY BOKETE demande à Monsieur le coordinateur communautaire des écoles conventionnées protestantes de 5 ème CELPA et Celui de la 8 ème CEPAC, D’enquêter et suspendre des chefs d’établissements scolaires de L’EP UWAMINIFU, Institut BWINDI, EP A BWINDI, Institut TUMAINI, Institut MUSHERE, Institut BANGU et Institut FAZILI.

Pour le directeur provincial de l’EPST de la province éducationnelle sud Kivu 1, les rapports et lettres des parents d’élèves en sa possession dénotent la perception des frais illégaux dans les établissements ci-haut cité, et d’autre part qui continuent de percevoir la prime de motivation des enseignants par les parents.

En cas de confirmation des faits, pour avoir saboté l’arrêté du gouverneur de province portant fixation de frais de scolarité pour l’année scolaire 2020-2021, et aussi torpillé les dispositions de l’effectivité de la gratuité de l’enseignement primaire prônée par le chef de l’État et l’article 43 de la constitution du pays.

Pour YOY BOKETE, les rapports et lettres des parents d’élèves en sa possession dénotent la perception des frais illégaux dans les établissements si haut cité, et d’autres parts qui continuent de percevoir la prime de motivation des enseignants par les parents.

En cas de confirmation des faits, pour avoir saboté l’arrêté du gouverneur de province portant fixation de frais de scolarité pour l’année scolaire 2020-2021, et aussi torpillé les dispositions de l’effectivité de la gratuité de l’enseignement primaire prôné par le chef de l’État.

Il faut rappelé que dans une autre correspondance datant du 14 août dernier, le directeur de L’EPST avait demandé au coordinateur des écoles conventionnées catholique, D’enquêter et suspendre avec l’ouverture d’action disciplinaires en cas de confirmation des faits, les chefs d’établissements suivant : EP AVENIR, EP ACOBIN, EP 1 et 2 CAHI, EP L’ESTONAC, EP ALFAJIRI, INSTITUT AVENIR, INSTITUT KASALI et LYCÉE CIREZI.

Pour l’instant, la réaction de ces coordinateurs se fait attendre.

C’est donc un dossier à suivre.

Crispin kyalangalilwa

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer