AccueilPaix et transformation Conflit

Sud-Kivu : les victimes des massacres exigent le tribunal international sur le Congo

Spread the love

Plusieurs années après les massacres dans la province du sud Kivu, les victimes de ces différentes tragédies demandent la mise en place d’un tribunal international en République Démocratique du Congo pour que justice soit rendue.

Des visages stressés, humeur zéro, les rescapés des massacres perpétré au Sud-Kivu ont eu à témoigner les évènements macabres vécus pendant les périodes de guerres en Province.

Au terrain de la Monusco à l’ISP : une des fausses commune en province, ces rescapés des massacrés perpétré au Sud-Kivu n’ont juré que pour une justice transitionnelle et l’exhumation du rapport mapping.

Occasion pour les députés provinciaux qui ont constitué une équipe pour enquêter sur les massacres perpétré au Sud-Kivu de 1993 jusqu’en 2003 de présenter les rapports de la mission menée dans les territoires de Mwenga, Fizi, Uvira, Walungu, Shabunda et dans la Ville de Bukavu.

L’un d’eux, Dr Homer BULAKALI élu de la ville de Bukavu a relaté le fait de leurs missions et exige au nom de la population du Sud Kivu la tenue d’un tribunal international pour le Congo pour que les auteurs des massacres depuis plus des 25 ans puisse répondre et sanctionnées selon leurs crimes et la mise en place de l’édit portant protections des sites des crimes et réparations des dommages connues.

 » Après la mission aujourd’hui on décide de faire un rapport au peuple congolais pour que Justice soit faite. Les massacres dans notre pays et dans la province du Sud-Kivu sont réels. Vous venez de suivre vous-même les témoignages des victimes, vraiment ça fait mal si ces massacres peuvent rester impunis nous exigeons dans l’urgence un tribunal international pour la Congo »

La délégation qui a représenté le Prix Nobel de la Paix 2018  Dr Denis MUKWEGE à cette cérémonie n’a pas caché son sens d’humanismes.

Mé Aline BINTU appel la population du Sud-Kivu à rester sans froid car la lutte continue et dans l’unité l’on peut espérer au gain de cause.

Cette histoire macabre du peuple Sud-Kivutien a été sanctionnée par le dépôt de gerbe de fleurs par différentes délégations présentes sur place aux fosses communes symbolique au terrain de la Monusco à l’ISP/Bukavu.

 Erick MURHULA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer