Accueil

Sud kivu : la question de trafic des minerais de Mwenga est à la base de mésentente entre le gouverneur du Sud-Kivu Théo Kasi Ngwabidje et son adjoint Fiston MALAGO (Crispin MBINDULE)

Spread the love

Se référant sur l’article de nos confrères d’actualité.cd, sur le perchoir de l’assemblée nationale le député national Crispin Mbindule révèle que la question de trafic des minerais de Mwenga est à la base même de mésentente entre le gouverneur du Sud-Kivu Théo Kasi Ngwabidje et son adjoint, Marc Malago. Pour cet élu, le colonel Didier Kapay est le « vrai gouverneur chargé des mines ».

le député national Crispin Mbindule sollicite l’interpellation du colonel Didier Kapay des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) par la justice en vue d’être entendu suite aux allégations de trafic de l’Or du territoire de Mwenga vers Dubai. Il a formulé cette sollicitation jeudi 18 novembre à l’occasion de l’examen du rapport de la commission parlementaire chargée de recueillir l’information sur l’exploitation illicite des minerais dans le territoire de Mwenga.

Le député Mbindule se dit étonné de remarquer que le nom de cet officier de l’armée ne figure pas dans le rapport. L’élu de Butembo (Nord-Kivu) souligne que le colonel Didier Kapay agirait au nom du gouverneur du Sud-Kivu.

« Le Colonel Didier Kapayi celui qu’on a présenté ici, curieusement quand j’ai lu dans le rapport moi même quand je n’ai pas trouvé ce nom, je me suis dit alors il y a un problème. Je demande aux estimés collègues membres de la commission d’interpeller le gouverneur [Théo Kasi Ngwabidje] pour qu’il puisse ramener Monsieur Didier Kapayi, ce dernier est l’épicentre de tout ce qui se passe dans Mwenga », a dit Crispin Mbindule lors de son intervention.

Pour soutenir sa démarche, M. Mbindule déclare : « Je suis élu de la ville de Butembo, c’est une ville commerciale, nous allons à Dubaï, si vous posez la question à Dubaï, on va vous citer toujours le nom de ce colonel là et nous voulons que ce colonel-là soit auditionné et s’il l’a fui, Président de la commission [Jean Claude Kibala], saisissez l’actuel gouverneur parce qu’il connaît, tout ce que Kapay Didier fait, c’est au nom du gouverneur de la province du Sud-Kivu ».  

Bien avant le député Jean Marie Bulambo, élu du Sud-Kivu est intervenu et a cité le colonel Didier Kapay dans le trafic des minerais du Sud-Kivu vers Dubai.

Conflit entre les dirigeants du Sud-Kivu

Crispin Mbindule révèle : « Je vais vous dire ici qu’ils sont à couteaux tirés, le titulaire et l’adjoint à cause du dossier de Kapay. C’est Kapay le vrai gouverneur chargé des mines, il se déplace de la République Démocratique du Congo jusqu’à Dubaï, on le voit à Dubaï mais je me pose la question qui lui donne l’autorisation, il est militaire, qui signe l’autorisation de déplacement de Kapay ? Il a quel passeport pour se déplacer ? Allez à Dubaï, vous allez le voir en train de jouir », a révélé Crispin Mbindule.

L’Assemblée nationale a adopté jeudi 18 novembre, moyennant les aménagements le rapport de la commission parlementaire dépêchée au Sud-Kivu plus précisément dans le territoire de Mwenga en vue de recueillir des informations sur l’exploitation illicite des minerais par des sociétés étrangères. Les conclusions de la mission effectuée du 8 au 14 septembre seront transmises au gouvernement.

La commission dirigée par Jean-Claude Kibala a relevé des graves dysfonctionnements dans le secteur des mines en RDC. Pour ne citer que le cas de Mwenga, plusieurs entreprises chinoises exploitent l’Or sans titres ni qualités. Il y a par exemple des entreprises qui ne détiennent que des permis de recherche mais qui font l’exploitation proprement dite des minerais en complicité avec les coopératives locales.

Contexte

Les mines du Sud-Kivu avaient défrayé la chronique il y a un mois. Des vidéos tournées à Kamituga montrant des délégations officielles empêchées d’accéder aux carrières gérées par des entrepreneurs chinois ont provoqué un tollé. Au cours de la réunion du conseil des ministres de vendredi 4 septembre dernier, le Premier Ministre Sama Lukonde avait appelé le Gouvernement à sévir contre les auteurs de cette situation « qui est aussi facilitée par la présence des groupes armés qui empêchent le contrôle de l’Etat ».

Le gouverneur du Sud-Kivu, Théo Kasi, avait décidé de suspendre les activités des sociétés chinoises qui exploitent illégalement l’or dans le territoire de Mwenga. Mais à Kinshasa, la ministre des mines, Antoinette N’samba s’est opposée à cette décision précisant qu’elle viole notamment le code minier. Elle a demandé au Vice-premier ministre de l’intérieur d’instruire le gouverneur du Sud-Kivu de rapporter son arrêté.

Avec Actualité.cd

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer