Accueil

Sud-Kivu : les homosexuels, et lesbiennes sont victimes de plusieurs violations de droits humains (ALCIS)

Spread the love

La communauté de LGBTI qui regorge à son sein : les lesbiennes, les gays, les bi-sexuels, le transgenres et les intersexuels, de la ville de Bukavu font face à plusieurs actes des violations des droits de l’homme dans la province du Sud kivu.

Au cours d’une journée d’exposition des témoignages publics des personnes LGBTI sur les violences homophobes, les discriminations inhumaine, l’intolérance et l’exclusion sociale dont elles sont quotidiennement victimes, organisée par l’organisation actions pour la lutte contre les injustices sociales qu’elles l’ont fait savoir.

Plusieurs témoignages sur les crimes, la discrimination, le rejet social, les arrestations arbitraires et autres formes des violences xénophobes pque connaissent les LGBTI ont été rendus dans l’objectif de mettre à la portée du grand public toutes les violations des droits de l’homme, les divers crimes de haine ainsi que les différentes violences homophobes dont les personnes LGBTI sont victimes à Bukavu.

« Je ne vis plus chez nous, ma famille m’a rejetté parce que je suis gay, difficile de le promener dans mon quartier depuis que tous ont connus que je suis gay. Même la police nous marginalise. L’un de mes gay souffrait de l’inflation Anale, il est décédé par manque des soins » Dit Justin BAHIZIRE gay.

A un autre gay

« J’ai été violée par certains éléments incontrôlés de la police qui m’ont arrêté parce que sur ma carte d’électeur j’ai un nom masculin mais je suis Gay, une fois à l’hôpital le gardien n’a pas voulu que j’entre estimant que j’ai un démon car que je suis gay » dixit Ahadi Pascal

Une routine que connaissent les LGBTI dans la ville de Bukavu au vu de leur orientation sexuelle.

Le cordonnateur national de l’ong action pour la lutte contre les injustices sociales demande à cette occasion à la population de la ville de Bukavu en générale d’accepter le choix de LGBTI.

« Comprendre que se sont des personnes comme les autres, cultiver l’esprit de tolérance et de l’acceptation pour qu’y ait une représentation social non discriminatoire, car le pays a des lois qui protègent tout le monde. Malheureusement ces articles ne sont pas appliquée aux LGBTI ».

Les acteurs étatiques, les membres du gouvernement provincial, les intervenants sociaux et ceux des organisations de la société civile, les responsables de service de la police les médias et la justice ainsi que les défenseurs des droits humains ont pris part à ces assises.

La rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer