Actualité

Bukavu/Meurtre de Charline Kitoko :Des journalistes et DDH exigent la justice

Spread the love

Les professionnels des médias, et les défenseurs des droits de l’homme condamnent avec la dernière énergie le meurtre de Charline Kitoko,journaliste de Vision Shala Kamituga tué après avoir été battue par son mari.

Dans une marche pacifique organisée dans la ville de Bukavu par l’Union Nationale de la Presse du Congo(UNPC) et l’Association des Femmes des Médias(AFEM),les journalistes et défenseurs des droits de l’homme tous habillés en noir,avec des calicots sur lesquels l’on pouvait lire : «On ne tape pas sa femme»;«Je suis Charline»;«je suis une femme, pas une domestique», «Nous disons non aux violences conjugales»; «Que justice soit rendue »;« Plus jamais cela dans notre province»,les journalistes du Sud Kivu ont exprimé leur ral-le-bol face aux gestes de son mari conformément au code pénale congolais.

Dans un mémorandum dépose au gouverneur a.i du Sud-Kivu,au procureur général et à l’assemblée provinciale les journalistes et défenseurs des droits humains exigent qu’un procès équitable soit organisé pour que justice soit rendue.

«Des milliers d’autres femmes sont victimes des violences conjugales, car aucune lois ne décourage cette pratique, pour que ces formes de violences soit réprimandées,une loi ou un édit provinciale est indispensable pour que ces formes des violences soient punies.Nous exigeons que son mari bien que aux arrêts soit condamné, à travers la tenue d’une audience publique et chambre foraine au lieu du crime pour juger son mari et que son enfant soit pris en charger par le gouvernement à travers le ministère national des affaires sociales».Lit-on dans ce mémorandum.

Une série des manifestations sera organisée à Kamituga et à Bukavu lieu du crime pour soutenir la tenue d’un procès.

Signalons que les autorités ont à cette occasion compatis avec les femmes journalistes avant de condamner tout acte de violences conjugale

Par Christian Mukenge

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer