Actualité

Sud-Kivu :Des peuples autochtones rejettent les allégations de Donatien Munyali et ses alliés .à l’égard des organisations membres du RAPY et REPALEF

Spread the love
                Par Crispin Kyalangalilwa

Les peuples autochtones pygmées riverains du Parc National de Kahuzi Biega(PNKB),réfutent toutes les allégations portées contre les associations membres du RAPY et par ricochet membre du REPALEF, par Monsieur Donatien Munyali Kachibaasa et ses acolytes.Ces dernier réunis au sein du Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la gestion durable des Ecosystèmes Forestiers(REPALEF) l’ont exprimé lors d’une réunion de consultation tenue dans la ville de Bukavu,le 13 Mars 2022.

Dans cette déclaration,les communautés rejettent les déclarations du RAPI selon lesquelles,il n’aurait pas des morts dans la communauté des peuples autochtones,lors des attaque mixtes FARDC-Éco-gardes contre les rebelles de Novembre à Décembre 2021 au PNKB

«Nous regrettons que Mr Donatien Munyali et ses accolites utilisant par défaut le label RAPY,déclare que nos frères et sœurs tués et violentés dans les tristes événements survenus en date du 11 Novembre au 19 décembre par les Mai Mai dans le PNKB étaient faux et un montage orchestré par les ONG incriminées, pourtant continuons à pleurer nos morts et de ce fait, nous nous sentons trahi et poignardé…».

Également,les peuples autochtones déplorent la manipulation de certains jeunes,hommes et femmes PA lors de la célébration de la journée internationale de la femme en ville de Bukavu et de préciser ces femmes ne seraient pas venues pour déposer un quelconque mémorandum à l’autorité provinciale.

«Nous dénonçons la manipulation par Monsieur Donatien Munyali des femmes les faisant croire venir participer à la journée internationale de la femme le 7 Mars 2022 en les détournant pour présenter un mémorandum à l’autorité provinciale en incriminant les véritables ONG qui accompagnent et plaident nos causes pour notre développement socio-économique»

Et de conclure

« Nous recommandons aux autorités provinciales et nationales ainsi que les ONG internationales a ne pas tenir compte des diffamations,des accusations infodées et proférées à l’égard des ONG précitées qui ont toujours travailler pour l’intérêt et le développement des peuples autochtones»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer