Accueil

Nord Kivu : le gouverneur met en garde ceux qui tenteraient de spolier le terrain de tennis au cercle sportif de Goma

Spread the love

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu a effectué ce vendredi 22 juillet une visite guidée au terrain du cercle sportif de Goma pour s’imprégner de la réalité sur terrain par rapport au probable spoliation d’une partie du terrain de Tennis.

Le chef de l’exécutif provincial tape du point sur la table et met en garde le spoliateur. Constat NDIMA rassure qu’aucune portion de cette terre ne sera cédée au particulier, car le terrain appartient à l’état congolais. »Désormais ce qui occupe anarchiquement cette espace nous allons le mettre en demeure. Soyez-en rassuré nous allons suivre l’échéancier, au terme du délais que nous avons accordé nous passerons à l’acte c’est-à-dire nous allons le déguerpir par force  » a-t-il dit.

Sur place, le constat est amer ,un particulier s’est déjà accaparé d’une partie de cet espace réservé à l’encadrement des jeunes dans la ville touristique de goma. Des manœuvres fallacieuses ont été dénoncé dans le passé par la ligue de tennis et les autorités étaient déjà saisie pour mettre un terme à cette question. Une descente qui réjouis les athlètes et les dirigeants de cette discipline en province.

Simon kazungu président de la ligue provinciale du tennis pense que l’autorité provinciale prendra une décision en faveur de la jeunesse

« Oui on est satisfait, c’est nous qui l’avons demandé parce qu’il y a beaucoup de problèmes , des confusions ici au cercle sportif de Goma. Nous sommes allé voir le gouverneur il ya une semaine et voilà comme un père,il est arrivé et a fait son constat qui est amer.Nous somme très content et nous croyons que les grandes décisions vont suivre »

Au Nord-kivu, le problème de spoliation des espaces publics est devenu monnaie courante.

L’implication des autorités à tout les niveaux s’avère nécessaire.

Depuis goma Elie Rumbo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer